Le millepertuis

Le millepertuis est une plante herbacée de 40 à 60 cm de hauteur, répandue dans toutes les régions tempérées du monde, et très commune dans nos régions. Elle doit son nom millepertuis , qui signifie "mille trous", aux nombreuses ponctuations translucides qui composent ses feuilles.


Depuis toujours, les fleurs de cette herbacée sont utilisées dans les baumes et les onguents pour combattre la goutte, les rhumatismes, les brûlures et pour panser les plaies. Ambroise Paré le préconisait comme remède précieux "pour les blessures profondes et celles qui traversent le corps".

Traditionnellement, les petites fleurs jaunes qui apparaissent au début de l’été (d’où son surnom d’herbe de la Saint-Jean) sont mises à macérer dans de l’huile d’olive pour en extraire ses principes actifs.

Ainsi, on y retrouve l’hypéricine et ses dérivés qui lui donnent sa couleur rouge caractéristique et ses formidables propriétés anti-inflammatoires. On retrouve également l'hyperforine, et une huile essentielle qui viennent renforcer son activité bienfaitrice.

Il ne s’agit pas à proprement parlé d’une huile mais d’un macérât de fleurs dans de l’huile au pouvoir restructurant et régénérant. Souvent utilisé sur les brûlures et les cicatrices, il soulage les coups de soleil. Ce macérât s'utilise aussi en massage en cas de douleurs musculaires, articulaires ou de dos.


Fabrication du macérât de millepertuis

Il est très facile à fabriquer. Il suffit de faire macérer les sommités fleuries dans une bonne huile d'olive pressée à froid et d'exposer la bouteille de verre tout l'été aux rayons du soleil (6 semaines).
• Récolter les sommités fleuries : utilisez-les les plus fraîches possibles !
• Remplissez une bouteille des fleurs tassées
• Verser l'huile d'olive pressée à froid sur les fleurs pour les couvrir complètement
• Fermer le tout et exposer aux rayons solaires pendant 2 à 6 semaines.

Vous assisterez alors à un lent processus que vous pourrez observer de jour en jour : le liquide prendra progressivement une couleur rougeâtre semblable à celle d'un bon vin rouge, jusqu'au jour où vous déciderez que l'huile est enfin prête !

Pour ajouter à son pouvoir anti-inflammatoire, vous pouvez également ajouter des fleurs de camomille au macérât. Vous pouvez également décider de faire le macérât avec de l'huile de tournesol ou d'amande douce.

Lorsque l'huile est prête, transvidez celle-ci dans des petites bouteilles pour éviter sa manipulation et son altération suite à des débouchages répétés.

L'huile de millepertuis doit être concoctée à partir de fleurs fraîches : l'hypericine n'est plus présente dans les fleurs séchées et votre macérât huileux serait à toutes fins pratiques inefficace...


Propriétés :

- Anti-inflammatoire, analgésique
- Cicatrisante
- Antiseptique
- Calmante
- Antidépressive, lutte contre les syndromes prémenstruels et les symptômes liés à la ménopause

Indications :

- Plaies, brûlures légères, coups de soleil, érythèmes fessiers, lésions eczémateuses
- Inflammations de la peau consécutives aux traitements radiologiques, ulcères variqueux, escarres
- Douleurs du dos, névralgies
- Arthrite, rhumatismes, goutte, sciatique
- Dépression légère ou modérée
- Syndromes prémenstruels
- Symptômes liés à la ménopause (bouffées de chaleur, transpiration, palpitations, étourdissements)

Contre-indications :

En aucun cas ne se servir de cette huile comme huile solaire, sous peine de graves brûlures. En usage interne, elle peut causer de la photosensibilisation aux personnes de teint clair si elles dépassent les doses suggérées.

Étant donné le manque de données sur l'innocuité du millepertuis chez les femmes enceintes et celles qui allaitent, ainsi que chez les enfants en bas âge, il est préférable de na pas l’appliquer à ces personnes.

Le millepertuis ayant des propriétés antidépressives, il faut éviter les interactions avec les antidépresseurs de synthèse, qu'ils soient de la famille des inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS), comme le Prozac®, de celle des inhibiteurs de la monoamine-oxydase (IMAO), comme la phénelzine, ou encore de celle des tricycliques, comme l'imipramine.

Le millepertuis peut aussi interagir avec le tramadol (antidouleur) et le sumatriptan (antimigraineux) de la même façon qu'avec les antidépresseurs.


Sources principales

http://www.aroma-zone.com/aroma/ficheHVmillepertuis.asp
http://meselixirs.canalblog.com/archives/2006/07/03/2227967.html
http://www.naturosources.com/produits.html?page=shop.product_details&flypage=flypage.tpl&product_id=138&category_id=25